A

perçu historique


Génération nouvelle :
génération de l’initiative ou génération du chômage et de la révolte ?


Père Christian de la Bretesche,
Missionnaire français
de la Congrégation des Pères du Saint Esprit.
Fondateur du Forum
des Jeunes Entreprise
du Congo.


Cette vision prophétique énoncée à la fin des années 1980 par Père Christian de la Bretesche est à la base de la création du Forum des Jeunes Entreprises du Congo (FJEC) dont le présent prospectus se propose de donner un aperçu historique.

Le Forum des Jeunes Entreprises du Congo naît en 1989 à l’initiative de quatre jeunes universitaires congolais appuyés par un missionnaire des Pères du St Esprit, le Père Christian de la Bretesche. A l’origine, l’objectif est d’apporter des appuis aux jeunes qui décident, en fin de parcours scolaire, de prendre une initiative économique pour créer leur propre emploi. Dix ans après le FJEC devient une structure d’appui aux initiatives économiques et sociales intégrant :

  • le conseil aux micro, petites et moyennes entreprises ;
  • l’appui aux Centres de Ressources Professionnels en zone rurale et urbaine ;
  • l’ingénierie sociale ;
  • les appuis financiers diversifiés aux initiatives économiques de base.
  • La diversification de ses compétences et l’expérience acquise sur le terrain permettent au Forum des Jeunes Entreprises du Congo de répondre directement aux besoins exprimés par ses utilisateurs eux-mêmes, mais aussi aux besoins exprimés par les bailleurs de fonds en quête d’expertise et de maîtrise d’œuvre locales pour la réalisation de leurs programmes.

    La situation économique et sociale s’étant fortement dégradée durant les années de guerre que la République du Congo connaît de 1993 à 1999, les publics cibles de la réinsertion économique auxquels le Forum des Jeunes Entreprises du Congo offre ses services se diversifient. Aux jeunes en fin de parcours scolaire, s’ajoutent les agents « déflatés » de l’administration et des entreprises, les nouveaux retraités, le secteur des initiatives économiques de base, les initiatives professionnelles à caractère associatif dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la communication, etc.

    Le Forum des Jeunes Entreprises du Congo devient peu à peu le forum de la génération nouvelle de l’initiative économique et sociale en République du Congo. Cette évolution se fait dans le contexte agité et dramatique de la République du Congo des années 1990.

    1991 : Conférence Nationale Souveraine, prélude à la transition vers la démocratie.
    1993 : première guerre civile.
    1995 : crise de l’ensemble du système bancaire.
    1997 : deuxième guerre civile.
    1998 : troisième guerre civile.

    Ce contexte permet de comprendre les principales caractéristiques du parcours accompli par le FJEC.
    1. Progression des activités : les années 1994 et 1996 connaissent un intense travail interne de réflexion et de réorientation suivi d’une relance spectaculaire des activités du Forum des Jeunes Entreprises du Congo.

    2. Un climat peu propice : durant ces années 1990,, l’ensemble des institutions autour du Forum des Jeunes Entreprises du Congo, aussi bien l’Etat, les Eglises, les banques, les ONG que les bailleurs de fonds internationaux sont profondément affectées dans leur fonctionnement. Les partenariats amorcés sont sans cesse remis en cause. Les projets naissent et disparaissent. D’autres se mettent en place dans l’urgence. Dans cet environnement chaotique, la relative stabilité du FJEC sur ses objectifs initiaux contribue largement à faire de cette institution une référence dans le paysage socio-économique congolais, malgré la relative modestie de ses performances.

    3. Professionnalisation et articulation : la fidélité du Forum des Jeunes Entreprises du Congo à ses intuitions fondatrices porte du fruit sur le long terme. Dans un pays comme la République du Congo en mutation profonde sur tous les plans, les outils d’appui aux initiatives économiques et sociales se forgent avec le temps.

  • Aujourd’hui, la cellule de conseil aux entreprises du FJEC s’est professionnalisé et rend service non seulement aux débutants mais également aux PME.
  • Le réseau des Centres de Ressources Professionnels (CRP) est en mesure de jouer un rôle de modèle dans la mise en œuvre de programmes post-conflits de relance des activités économiques.
  • La cellule d’ingénierie sociale est en mesure d’intervenir efficacement dans des programmes de développement local en zone rurale comme en zone urbaine.
  • La Caisse de Participation à la Promotion des Entreprises et à leur Développement (CAPPED) est devenue une institution de micro finance autonome.
  • 4. Explosion de la demande locale : la prise de conscience d’une nouvelle génération, la nécessité d’entreprendre pour survivre, la disponibilité de ressources humaines compétentes inemployées font que la demande locale d’appuis spécifiques à l’initiative économique et sociale s’accroît et se diversifie considérablement. En dépit des guerres et même à cause de celles-ci, le nombre d’utilisateurs du FJEC passe de quelques dizaines en 1995 à plus de 10 000 en l’an 2000. Cependant, en dépit des progrès qualitatifs accomplis, les capacités de réponse du FJEC ne sont pas proportionnées à l’urgence et au volume de la demande en appuis diversifiés à l’insertion économique et sociale par l’initiative.